Les images les plus fortes sont en nous. La photographie n'est qu'une tentative d'en approcher.

Red is dead

- Chef, chef, y's'passe rien !

- Comment ça ?

- Rien, j'vous dis. Pas d'attentat, pas d'avion qui s'est crashé, pas d'explosion. Juste une petite avalanche, quelques blessés… On ne va jamais tenir avec ça !

- Attendez, et les grèves en France ?

- Oui, d'accord, les grèves continuent, plus ou moins, mais les gens se sont habitués, ils s'en foutent.

- Mmouais, vous avez raison. J'ai pris le TGV pour Paris l'autre jour – enfin, un de ceux qui circulaient encore – et il était presque vide. Les clients se sont faits une raison, ils ont modifié leurs plans. Alors qu'est-ce qu'on pourrait bien trouver ?

- Je ne sais pas, moi, un grand dossier sur le climat ?

- Oh non, pitié ! On en a déjà fait trois cette année, là je crois que les lecteurs commencent à saturer. Ils ont besoin de positif, quelque chose de plus spirituel…

- « Avoir la foi, c'est bon pour la santé » : c'est la nouvelle stagiaire venue de la fac de théologie qui l'a écrit la semaine dernière. Son texte n'était pas mal d'ailleurs, un peu sec peut-être.

- Ah oui. Et puis « Les dix événements de 2020 à ne pas manquer », « Ce qui va augmenter dès le mois de janvier », « Le hit-parade des stations conviviales de ski », tout ça on l'a déjà éclusé aussi. Damned ! Je ne me souviens pas d'avoir traversé une période des Fêtes aussi morte. Et vous ?

- Non, chef. Mort de chez mort.

- Les cartes de vœux du Conseil fédéral ?

- Publiées, toutes les sept. En plus, elles sont vraiment à pleurer cette année.

- La Grande-Interview-Qui-Donne-Du-Sens-A-Tout-Ce-Que-Nous-Vivons ?

- Vous vous souvenez : on avait contacté l'attaché de presse de Greta Thunberg, il nous a répondu que nous ferions mieux de nous concentrer sur des actions concrètes près de chez nous.

- Ah oui. Ce crétin donneur de leçons !

- On a voulu de se rabattre sur Thomas Piketty, à cause de son bouquin sur les inégalités, mais il venait de parler à la radio romande, et puis personne n'a lu son pavé indigeste de mille pages. On a même essayé de se rabattre sur Toto Morand, un peu par provoc', mais il nous veut encore de ne pas l'avoir assez soutenu dans son combat pour la forêt du Flon.

- Toujours aussi égomaniaque !

- Toujours.

- Donc, rien.

- Rien de rien.

- Attendez… Avez-vous pensé aux dates-anniversaire ?

- Ah tiens, non, j'avais oublié. Je regarde sur le site « Thishappenedbeforeoureyesandwasreaaaaallllyscary.com »… bôf, rien de très spécial, juste le tsunami…

- Excellent, ça le tsunami !!

- Oui, chef, mais c'était en 2004, il y a quinze ans. Ca ne fait même pas un chiffre rond.

- On s'en fiche, du chiffre rond. Ca frappe toujours les esprits. Inspirons-nous des vieux renards: Klaus Schwaab l'avait bien compris, je me rappelle la fois où j'avais été invité au Forum de Davos, en 2004 justement, Schwaab arpentait la scène en déclamant: "tsunââââmi, tsunââââmi...". C'était grotesque à se tordre, mais super-efficace. La collecte auprès des décideurs avait fait un carton - enfin, je ne sais pas s'ils ont vraiment payé ce qu'ils annonçaient, mais personne n'a jamais vérifié. "Tsunâââmi", très bonne idée. D'ailleurs nous n'avons pas vraiment le choix, n'est-ce pas ? Allons-y pour le tsunami. Vous me faites ça. De l'humain, du dramatique, hein ? Comme si on y était à nouveau. Au boulot.

 

https://www.rts.ch/info/monde/6390807-revivez-le-tsunami-du-26-decembre-2004-minute-par-minute.html

Lausanne, 26 décembre 2019

 

 

 

 

© Jean-Claude Péclet. Reproduction soumise à autorisation