Les drôles de vacances (5)

Adaptons-nous. Hier soir, nous avons inauguré avec les voisins du dessous une nouvelle formule d'apéro "de balcon à balcon", pour garder les distances réglementaires. Manu (à gauche sur la photo) a des problèmes de santé, un virus ne l'arrangerait pas en ce moment. Loli (eu milieu) dirige son APEMS (accueil de la petite enfance) depuis chez elle, dérangée du matin au soir par des coups de téléphone pour savoir qui vient, qui ne vient pas, comment s'organiser. "Je préférerais encore être au boulot", dit-elle. Maeva (à droite) a eu de la chance: elle est rentrée de Corée juste avant que ce pays ne prenne des mesures de quarantaine sévères. Sur les petites images (© Loli), c'est moi et à droite notre chatte Dawa, qui dé-tes-te qu'on la prenne dans les bras. Là, c'était pour la postérité ou presque.

D'autres voisins, les Ballifard, se sont joints à nous, une voisine syndicaliste est passée, qui promenait son chien, une autre voisine, Jacqueline, a proposé de nous donner des cours de tai chi depuis la cour. A un moment, nous étions huit et dépassions la limite légale autorisée - mais attention: toujours à distance réglementaire!

Pendant ce temps, mon fils Kevin préparait au salon le premier cours de "game design" en ligne qu'il a donné à ses élèves ce jeudi matin. Son école a réagi avec célérité.

A neuf heures du soir, nous nous sommes retrouvés pour applaudir le personnel soignant qui fait de son mieux pour gérer la crise sanitaire. A Prilly, on entendait pas mal de "bravos" et de cris d'encouragement dans la nuit. 

Regardé la soirée spéciale RTS. Le plus intéressant était la partie reportage dans les hôpitaux et les cabinets de médecins: du concret, des gens qui font preuve d'ingéniosité pour multiplier les lits d'urgences. Côté infos, on a surtout appris que la Suisse, comme d'autres pays, ne produit pas les réactifs permettant de faire les tests de détection du coronavirus et dépend des producteurs (américains) ou de pays de transit (Allemagne) qui veulent les garder pour eux-mêmes. Dures négociations en coulisses, imagine-t-on.

 

Je suis de plus en plus fatigué par les journalistes en surdose d'adrénaline qui n'arrêtent pas de demander aux experts et aux politiciens si on en fait assez, s'il ne faudrait pas passer la vitesse supérieure, confinement total. La perspective semble presque les faire jouir. Drama!! Drama!!

Ca nous pend au bout du nez, je le sens (Uri a décidé aujourd'hui d'enfermer ses vieux, sauf urgence absolue). Comme je fais partie des "65+" considérés comme groupe à risque, j'ai profité ce matin de ce qui est peut-être une de mes dernières journées de liberté pour me rendre (seul) en voiture à Loèche, puis au bois de Finges, où j'ai fait les photographies ci-dessous. Rassurez-vous, braves gens, je me suis promené dans un village quasi désert et sur des sentiers où j'ai croisé à distance respectable des familles disciplinées et des cyclistes prudents.

J'avais laissé le téléphone portable à la maison et n'ai écouté les nouvelles qu'une fois. Ca fait du bien ! S'asseoir sur une souche au bord du Rhône, humer le parfum des pins, rencontrer deux photographes animaliers qui traquaient avec leur gros zoom en tenue de camouflage un "Mauer..." quelque chose, magnifique oiseau au plumage rouge et gris, ressemblant au martin-pêcheur et nichant dans les parois des gorges. Je n'en ai pas vu, mais j'ai croisé sur le sentier une procession d'au moins cent chenilles à la queue-leu-leu auxquelles je dédie les vers ci-dessous. Les images sont dédiées à Catherine, qui jardine, qui jardine...

Cent chenilles processionnaires

    Et rrran

                 Et rrran

                               Et rrran-tan-plan

Sur le chemin de la guerre

Saluent le beau lieutenant

Pauv' lieutenant poitrinaire

    Et rrran

                 Et rrran

                               Et rrran-tan-plan

S'en retourne vers sa mère

Qui le reçoit en pleurant

Lieutenant, quelle manie,

Postillons sur ta maman!

Fais donc comme les chenilles

Tousse ensemble en avançant

    Et rrran

                 Et rrran

                               Et rrran-tan-plan