Krauchthal

Krauchthal2.jpg

La carrière de grès de Krauchthal, située à une trentaine de kilomètres de Berne dans l'Emmental, fut surtout exploitée aux XVIIIe et XIXe siècles. Alors très pauvres, les hommes de la région extrayaient à la main d'énormes blocs qui, débités, servaient ensuite à la construction. Le travail était pénible, dangereux et peu payé: en 1850, un ouvrier recevait un franc pour une journée de dix heures; à la même époque, une livre de café coûtait 70 centimes.

Plusieurs sites peuvent se visiter au gré d'un sentier didactique balisé long de 3 kilomètres (prévoir de bonnes chaussures). Le musée local a édité une brochure (en allemand) qui fournit moult renseignements sur les techniques d'extraction et l'emplacement des carrières. La plus spectaculaire, ci-dessus, se trouve peu après le début du chemin, il est difficile de manquer, sur la gauche, le reflet bleuté que crée la lumière du jour sur les parois lisses du puits d'exploitation. Celui-ci fait environ trente mètres sur vingt, pour une profondeur de 50 mètres, ce qui correspond à quelque 30 000 mètres cube de grès. Si on regarde les parois de plus près, on voit aisément les traces innombrables des coups de ciseau qui permettaient de dégager les blocs à la main, avant que ce travail fût mécanisé au début du vingtième siècle.

A part l'extraction de matériaux de construction, Krauchthal vivait et vit encore de l'agriculture, d'artisanat, et du pénitencier de Thorberg que l'on aperçoit sur une colline voisine.

Merci à Pascal Bourquin, dont les circuits pédestres de "La Vie en jaune m'ont fait découvrir ce lieu.

Krauchthal5.jpg
Schwarz2.jpg
Krauchthal7.jpg
Krauchthal3.jpg
Schwarz1.jpg

Krauchthal, 31 octobre 2021, Leica M10, 35mm. f1.4 et Elmarit 21mm. f2.8

© Jean-Claude Péclet 2021. Reproduction soumise à autorisation