Le palais aux drôles de monstres

Jacqui28.jpg

Son nom officiel est ORGANuGAMME II. On aurait pu trouver mieux, celui-ci fait penser au business plan d'Elon Musk pour rentabiliser Twitter. Espérons qu'avec le temps, les Renannais lui trouveront un petit nom plus en accord avec cette sculpture géante qu'ils ont pu découvrir (presque) terminée ce week-end 5-6 novembre 2022, après six ans de discussions et de travaux.

Il faut dire que ce ne fut pas une mince affaire. Elle est racontée sur le site de la Ferme des Tilleuls, je n'y reviens donc pas. Juste ces quelques chiffres: 4000 pièces-sculptures (toutes uniques) en céramique peinte et cuite pour résister su soleil comme à la pluie ont été accrochées à une structure de treize polygones métalliques, haute de 13 mètres. Le visiteur peut se balader dessous, "comme dans une cathédrale", imagine l'architecte Jean-Gilles Décosterd, entrer dans certains modules. L'oeuvre se montre, littéralement, sous toutes ses facettes, on peut y revenir dix fois et découvrir des détails qui nous avaient échappé jusque là.

L'auteure des céramiques est Danielle Jacqui, créatrice autodidacte provençale. Je l'ai aperçue dimanche, trottant avec sa canne à côté de la sculpture. "Seize ans de ma vie", a-t-elle glissé au passage. Une vie qu'on lui souhaite de prolonger, car il reste encore un peu de place sur les polygones pour qu'elle laisse libre cours à son imagination.

Danielle Jacqui s'inspire de la tradition des santons et de leur univers très coloré, mais elle y apporte une touche des plus personnelles. Ainsi, la crèche abritée dans un des modules est centrée sur un petit Jésus qui tient du E.T. retravaillé par Francis Bacon. Son univers (me) fait penser aux poulpes farceurs de vingt mille lieues sous les mers, à un village chinois, au clown Joker dont le sourire se fige en rictus, aux gargouilles sardoniques de certaines églises, à l'Égypte, aux dieux grecs, à des viscères entassées, aux fêtes foraines de jadis avec leurs orgues de barbarie dissonants, à ces histoires de monstres terrifiants mais pas vraiment méchants qu'on lit et relit sous la couverture. Tout cela est plein de protubérances et de creux, le fait qu'on puisse tourner autour, toucher les céramiques plait aux enfants, en tout cas ceux que j'ai croisés en faisant mes images. Il y avait aussi parmi les visiteurs des habitants qui regardaient la chose sous l'angle pragmatique: "La structure métallique pèse 35 tonnes"", "Il paraît que ça a coûté des millions"... On reste à Renens, ville ouvrière.

"Ça" a coûté 2,4 millions, selon les chiffres publiés. Payés en partie par quelques généreux sponsors privés. Je crois qu'une fois les travaux du tram voisin terminés, la sculpture sera adoptée par les habitants et suscitera la curiosité au-delà. Mon seul regret, à ce stade, concerne l'éclairage nocturne, unidirectionnel et froid, depuis un mât qui contraste de façon peu convaincante avec la sculpture. J'ai été mieux servi par le soleil ras de novembre, reflété par les fenêtres d'en face et qui soulignait ainsi les ors de certains modules.

1/16
Jacqui7.jpg
Jacqui25.jpg
Jacqui1.jpg
Jacqui29.jpg
Jacqui8.jpg

Renens, Ferme des Tilleuls, 6 novembre 2022. Leica M10, Summilux 35mm. f1.4

© Jean-Claude Péclet 2022. Reproduction soumise à autorisation.