top of page

Le stade de la Pontaise

Capture d’écran 2024-07-04 à 21.56.53.png
Pontaise9.jpg

Septante ans séparent ces deux images. J'ai fait la seconde le 3 juillet 2024 lors d'une visite du stade de la Pontaise à Lausanne organisée par la Société vaudoise d'Histoire et d'Archéologie (SVHA). Je ne connaissais pas encore l'existence de la première, découverte le lendemain dans la brochure intitulée "Le plus beau stade de Suisse à l'épreuve de la ville contemporaine", réalisée par l'architecte Giulia Marino - le nom du photographe n'est pas indiqué.

L'image de 1954 est meilleure. Le photographe s'est placé légèrement plus bas, ce qui dégage le rebord droit de l'avant-toit de la tribune. Par ailleurs, les environs étaient moins construits, le vilain tableau d'affichage de la courbe ouest n'existait pas, et les bancs de bois originaux formaient des lignes plus pures que les sièges de plastique.

Ceci dit, la coïncidence des prises de vue souligne deux choses. D'abord que jeune architecte Charles-François Thévenaz, âgé d'une trentaine d'années lors du concours, avait signé un projet d'une grande élégance plastique, particulièrement soigné au niveau des angles de visibilité, qui fonctionne aujourd'hui comme il avait suscité moult éloges lors de l'inauguration du stade aux Championnats du monde de football de 1954. Deuxièmement, la comparaison des images montre qu'à part quelques ajouts douteux et dans l'ensemble réversibles, la structure de béton a conservé ses atouts esthétiques d'origine. Quant à savoir si elle est techniquement susceptible de durer encore quelques décennies, cela dépasse mes compétences.

Mais la question mène au cœur du débat actuel: faut-il restaurer sans trop y toucher, transformer ou démolir la Pontaise? Il y a une quinzaine d'années, l'affaire semblait entendue: Lausanne ayant décidé de construire un nouveau stade de football à la Tuilière, les terrains de la Pontaise étaient destinés à accueillir de nouveaux logements dans le cadre d'un vaste projet de densification urbaine baptisé "Métamorphose". Depuis, une partie de ce projet a été réalisé aux Plaines-du-Loup dans un "écoquartier" dont la masse rébarbative (vue de l'extérieur en tous cas) a suscité plus de réactions négatives que d'adhésion.

Les défenseurs du patrimoine sont entrés en action, réévaluant la valeur architecturale et historique de la Pontaise qui a accueilli des matches et des concerts mémorables (Michael Jackson et les Rolling Stones). L'élégance du stade dont les courbes sculptent l'espace en trois dimensions dans un lieu privilégié, en surplomb de la ville, est mise en évidence. Sans être révolutionnaire, la réalisation de Thévenaz est d'excellente facture, comparable à certains des stades footballistiques ou olympiques fameux de son époque; en plus, celles qui ont survécu sans être défigurées deviennent rares.

Voilà pour le plaidoyer de la défense. Les esprits plus soucieux de réalisme économique et démographique rétorquent que la conservation et l'entretien d'un monument devenu en partie inutile coûtera très cher à une ville endettée,qui ferait mieux de construire des logements pour accueillir de nouveaux contribuables. Enfin, les milieux sportifs rappellent que la Pontaise est aujourd'hui encore un lieu fréquenté par de nombreux athlètes et clubs divers; depuis plus d'un siècle, la zone accueille des activités sportives, pourquoi les supprimer ou les restreindre fortement alors que l'on invite avec insistance la population à se maintenir en forme?

​Tels sont, grossièrement résumés, les éléments du choix que devront faire la ville de Lausanne et les autorités cantonales chargées des monuments historiques. Lors de la visite - la SVHA elle-même ne prend pas parti dans ce débat, contrairement à Patrimoine Suisse qui défend vigoureusement sa conservation - Nicolas Pittet, adjoint à la cheffe du service des sports, a signalé que la Municipalité étudie en ce moment trois projets d'intégration du stade de la Pontaise dans un quartier sont la partie habitat serait probablement revue à la baisse.

Les autorités lausannoises peuvent s'inspirer - jusqu'à un certain point, tant chaque cas est particulier - d'autres réalisations. On pense à la rénovation de l'aérodrome de Tempelhof à Berlin, ou au parc olympique de Montréal dont la très coûteuse rénovation a inspiré au journal "Le Devoir" un article au scepticisme résigné...

Mon opinion sur la Pontaise n'est pas encore faite. Une visite sur place, notamment commentée par Giulia Marino, incline forcément à favoriser la conservation du stade - mais à quel coût, pour combien de temps et pour quel(s) usage(s)? Je suis curieux de voir les projets d'intégration proposés par les architectes mais peine à imaginer une solution hybride (conservation / transformation) qui maintienne les qualités initiales du site. Les demi-solutions sont rarement convaincantes. Peut-être la "capitale olymqique" devrait-elle laisser ce lieu au sport. Tandis que nous le visitions, des sprinters s'entraînent sur le tartan en face de nous. Leur foulée large et élastique était aussi belle à voir que la "casquette" des tribunes nord avec son porte-à-faux de 18 mètres.

Que le canton, qui devra revoir le classement de la Pontaise, et sa capitale unissent leurs efforts pour proposer à tous les Vaudois, pas seulement les Lausannois, un endroit rafraîchi dans la simplicité de sa gloire initiale où ils auront plaisir à pratiquer et à voir du sport, de haut niveau ou non. En attendant, voici l'état des lieux actuel.

Pontaise28.jpg

Fresque décorative du portique d'entrée

Pontaise14.jpg

Tribunes nord

Pontaise30.jpg

Courbe nord-ouest, depuis l'extérieur

Pontaise17.jpg

Salle de gymnastique (anciennement: tennis) aménagée sous les gradins, dont les stries noires sont des renforts structurels

Pontaise1.jpg

Entrée des joueurs. Le Stade Lausanne loue actuellement la partie nord

Pontaise8.jpg

Tribunes sud et mâts d'éclairage (rajoutés par la suite)

Pontaise6.jpg

Gradins de la courbe nord-est

Pontaise10.jpg

Partie supérieure des tribunes nord

Pontaise29.jpg

Entrée

Pontaise24.jpg

WC de la partie visiteurs, "nos fresques de Pompéi", dit Nicolas Pittet

Pontaise21.jpg

Pilier de renfort sur la partie sud

Pontaise16.jpg

Sous les gradins, tribunes sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lausanne, 3 juillet 2024. Leica M11, Summicron 35mm. et apo-Summicron 50mm.

© Jean-Claude Péclet. Reproduction soumise à autorisation.

bottom of page